☆ Chronique « Le démon de la colline aux loups » de Dimitri Rouchon-Borie ☆

Duke est en prison et se sait mourant. En quête de rédemption, il retrace sa vie par écrit, une vie faite de violence. 

Il naît dans une famille où lui, ses frères et ses soeurs n’ont pas de prénoms. Ils ne sont que des animaux, des choses qui dorment à même le sol, nus, collés les uns aux autres dans une pièce qu’ils quitteront seulement après avoir subi les coups de leurs parents. 

Jusqu’à lors non-scolarisés, l’assistance sociale s’en mêle et force « le père » et « la mère » à mettre les enfants sur les bancs de l’école. Duke découvre un nouveau monde fait de personnes bienveillantes qui veulent l’aider, lui, jeune garçon illettré, ignare et maltraité. Une lueur d’espoir semble enfin briller, mais elle sera de courte durée. 

Duke attire trop l’attention et les violences du père redoublent d’intensité. Le viol. L’inceste. Il fera face sans protester jusqu’à ce qu’un jour, il finisse à l’hôpital. Là, il racontera son quotidien et ce sera la fin.

Ses parents seront jugés et Duke enfin libéré. Enfin seulement d’eux parce que maintenant, il devra affronter à son propre démon. 

« Je sentais bien que j’avais à l’intérieur une trace qui ne partait pas c’est la déchirure de l’enfance c’est pas parce qu’on a mis un pont au-dessus du ravin qu’on a bouché le vide. »

☆ . ☆ . ☆

Mon avis :

Dès les premiers chapitres, l’angoisse vous tord l’estomac. Il se passe quelque chose. C’est animal, instinctif, noir et bruyant. On comprend juste qu’une histoire sordide se trame peu à peu. Le langage du narrateur est sommaire, sans ponctuation, sans respiration. C’est dur, lourd et puissant, presque étouffant. Puis d’un coup, tout devient clair. L’auteur nous transporte littéralement dans la tête de Duke. Dans sa façon de voir, de se mouvoir et de parler. Une immersion totale et sans retour. 

Quand je disais que ce livre était une claque et bien, je me suis trompée. En fait, c’est un uppercut. D’un réalisme terrifiant, ce roman est à la fois sombre et lumineux, doux et tranchant.

Ma note : ☆☆☆☆☆ /5 – Un véritable coup de coeur.

☆ . ☆ . ☆

Infos maison d’édition

Auteur : Dimitri ROUCHON-BORIE // Editeur : Le Tripode

Genre : Roman noir // Parution : Janvier 2021 // Nombre de pages : 240 pages

Quatrième de couverture :  « Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin. Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d’amour et de passion, de moments de lumière… Il dit sa solitude, immense, la condition humaine. Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C’est surtout un flot ininterrompu d’images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire. »

Une réflexion au sujet de « ☆ Chronique « Le démon de la colline aux loups » de Dimitri Rouchon-Borie ☆ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s