☆ Chronique « La chaine » de Adrian McKinty ☆

Alors que Kylie attend seule le bus scolaire, une camionnette s’arrête. Un homme descend, braque un pistolet sur elle et l’oblige à gagner le véhicule. Au volant, une femme est prête à déguerpir. 

Rachel, sa mère, a quant à elle rendez-vous chez son oncologue. Elle est en rémission, mais son médecin souhaite la voir au plus vite. Alors qu’elle est en route, Rachel reçoit un appel. C’est une femme, la conductrice. Elle a enlevé Kylie, et si elle veut la revoir, elle devra suivre les règles : kidnapper l’enfant d’une autre pour libérer la sienne. 

« Mourir n’est pas la pire chose qui puisse vous arriver. Le pire qui puisse vous arriver, c’est qu’il arrive du mal à votre enfant. Avoir un enfant, c’est se transformer instantanément en grande personne. L’absurdité, c’est la disparité ontologique entre notre désir de donner du sens aux choses et notre incapacité à trouver du sens dans ce monde. L’absurdité est un luxe que les parents d’enfants disparus ne peuvent s’offrir. »

☆ . ☆ . ☆

Mon avis :

« C’est le dernier chapitre et après, j’arrête ! » « Bon, encore un. » « Cette fois, c’est le dernier! » « Grrr, impossible de s’arrêter ! » Voilà un ce que j’ai vécu au début de ma lecture.

Bon sang ! Le processus d’enlèvement tient carrément la route. J’en ai des frissons dans le dos. Qui sait, peut-être que « La chaîne » existe réellement ?!?! Non, n’exagérons pas, mais on peut se poser la question tellement l’intrigue est bien ficelée.

Mais l’excitation de départ s’évapore peu à peu, comme un soufflé qui s’affaisse une fois sorti du four. Pourquoi ? Pourquoi tu as fait ça Adrian ? Tu avais une idée géniale, un sujet pouvant atteindre le statut de chef d’oeuvre et tu gâches tout. Sans crier gare, le roman bascule dans le genre blockbuster américain. Rambo aurait débarqué que l’ensemble serait resté cohérent. Quel dommage !

Heureusement, cette petite déception n’apparaît qu’aux trois-quarts du livre et n’entache en rien l’intrigue initiale. 

☆☆☆ /5 – Je suis mitigée … 

☆ . ☆ . ☆

Infos maison d’édition

Auteur : Adrian McKINTY  // Editeur d’origine : Fayard/Mazerine // Rééditeur : Le livre de poche

Genre : Thriller // Parution : Juillet 2019 // Nombre de pages : 480 pages

Quatrième de couverture :  « VICTIMES. SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.

VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.

Le téléphone sonne. Un inconnu a kidnappé votre enfant. Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre. Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant. Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.

VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.

VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS.

VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS. »

Une réflexion au sujet de « ☆ Chronique « La chaine » de Adrian McKinty ☆ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s