☆ Chronique « Rien n’est noir » de Claire Berest ☆

« – Tu sais pourquoi je pleure ? Parce que j’ai été victime de deux horribles accidents dans ma vie, Diego, le premier c’est le tramway. L’autre c’est quand je t’ai rencontré. »

Frida Kahlo est passionnée. Elle aime aimer. Elle aime détester. Mais par-dessus tout, ce qu’elle aime et ce qu’elle veut, c’est que Diego Rivera l’admire et la désire. 

Lorsqu’ils se marient, Frida a vingt-deux ans et lui quarante-trois. Diego est gros et moche. Il ressemble à un « elefante » avec son énorme ventre et sa grande taille. Pourtant Frida l’aime sincèrement, il est son tout. Pour elle, il est tout. 

Mais c’est aussi un séducteur invétéré qui enchaîne les conquêtes sous le nez de sa Fridita. Il la trompe et elle se met à faire pareil, principalement avec des femmes, car « les femmes, c’est plus consistant » et « elle ne peut pas lui enlever ça à Diego ».

Piégée dans son corps meurtri et dans un amour qu’elle ne contrôle pas, Frida peint. Elle « ne peint pas ses rêves, ni son inconscient, elle peint une nécessité intérieure. La vérité du désarroi. 

« Frida est fascinée par le décalage qui s’opère entre la première fois que l’on voit quelqu’un et la perception que l’on en a quand il nous est devenu familier. L’écart est fantastique. Jamais on ne verra à nouveau cette personne comme la première fois, c’est terminé, c’est évanoui. »

☆ . ☆ . ☆

Mon avis :

Frida Kahlo ! Qui ne connaît pas ce personnage haut en couleur, fascinant, captivant et avant-gardiste ? 

En réalité, je dois avouer que je ne la connaissais pas si bien que ça. Alors oui, comme beaucoup, j’avais les bases. Artiste peintre de la première moitié du 20ème siècle. Mexicaine, féministe et communiste. Ses robes de Tehuana et ses fleurs dans les cheveux qu’elle arborait quotidiennement. Le terrible accident de tramway qui l’handicapa toute sa vie. Tout cela, je le savais. 

En revanche, ce que je ne connaissais pas, c’était l’autre Frida. Celle qui est restée allongée des années pour que son corps se reconstruise. Celle qui a subit trois avortements et qui a failli en mourir. Celle qui couchait autant avec des hommes qu’avec des femmes. Celle qui aime son mari plus qu’elle ne s’aimait elle-même. Celle qui buvait pour oublier. Celle qui s’est mariée, démariée et remariée. Celle qui souffrait et peignait par nécessité.

Ce que je ne connaissais pas, c’était la femme qui vivait intensément derrière l’artiste. Et quelle femme ! Merci Claire Berest pour ce magnifique récit inspirant et émouvant. Merci de m’avoir donné une autre vision des oeuvres de Frida Kahlo.

« Quelle différence entre l’amitié et l’amour ? Il faut dire je t’aime quand on a le temps. Après on oublie, après on part, après on meurt. »

Ma note : ☆☆☆☆☆ /5 – Irrésistible Frida.

☆ . ☆ . ☆

Infos maison d’édition

Auteur : Claire BEREST // Editeur : Le livre de poche

Genre : Biographie // Parution : Septembre 2020 // Nombre de pages : 240 pages

Résumé : « À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages ? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien. »

Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.

Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.

Une réflexion au sujet de « ☆ Chronique « Rien n’est noir » de Claire Berest ☆ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s