☆ Chronique « L’âme au fusil » d’Elsa Marpeau ☆

Résumé :

Depuis qu’il est sans travail, Philippe passe ses journées à attendre. Attendre que Lucas, son fils de seize ans, rentre du lycée, attendre que sa femme termine sa journée de travail. Il n’y a guère que les dîners du dimanche avec ses copains du hameau, la chasse et la perspective d’y initier son fils qui rompent le fil des jours.

Lorsque Julien, un Parisien venu se terrer dans la maison d’en face, débarque, la vie de Philippe bascule. Il se met à épier ce voisin qui le fascine et l’obsède, cherche à le faire accepter de son entourage qui s’en méfie.

Tout au bonheur de se sentir à nouveau vivant et utile, et d’exister pour son fils et ce voisin novice, Philippe ne voit pas poindre le drame.

« Je sais, tu dois te dire que j’étais devenu fou, que c’est illégal et contraire aux libertés ou quoi. Mais je ne voulais pas être comme tous les cons, qui comprennent à qui ils ont affaire quand le type a égorgé leur famille. Je voulais anticiper, je voulais avoir deux ou trois coups d’avance sur lui. »

☆ . ☆ . ☆

Il y a quelques jours, j’ai senti venir une baisse de motivation. Je n’avais que des pavés de plusieurs centaines de pages dans ma PAL et aucune envie de me lancer dans un long récit. 

En général, lorsque cela arrive, je lis un petit livre et hop, l’envie revient. Je me suis donc rendue chez mon libraire – qui me conseille toujours très bien – afin de trouver LE petit livre qui me relancera : « L’âme eau fusil ». 

Mon avis :

De prime abord, ce n’est clairement pas un livre que j’aurais choisi par moi-même. De un, le sujet – la chasse – ne fait absolument pas parti de mon univers, et de deux, la couverture – d’un noir total – n’aurait pas attiré mon attention. Et pourtant dans ce petit ouvrage de 190 pages se cache l’histoire profonde et intense d’un père de famille, d’un mari, d’un homme cherchant désespérément à rompre son ennui. 

Le roman se déroule près de Courcy-aux-Loges, dans le Loiret, au sud de Paris, dans une ambiance campagnarde. Le récit se fait à la première personne, à travers le personnage de Philippe, qui a toujours vécu dans ce village et dont le langage est franchouillard. Il se confie à son neveu Pierre sur des faits qui se sont déroulés des années plus tôt…

Depuis que Philippe est au chômage, il ne fait rien d’autre qu’attendre. Attendre que les heures passent. Attendre que sa femme et son fils rentrent. Attendre le repas du dimanche entre amis. Alors quand un nouveau voisin débarque tout droit de Paris, il se met à l’espionner jusqu’à ce que Julien le parisien devienne une obsession. Afin de garder un œil sur lui, il l’invite à dîner dans sa demeure avec sa famille et ses amis. Malheureusement, il est loin de se douter qu’en faisant cela, ce sera le début de sa fin. 

Un roman noir puissant où il n’y pas réellement de méchants, juste des mauvais choix faits par fierté, non-dit et incompréhension. C’est fort, percutant, très bien écrit et convaincant. 

Ma note : ☆☆☆☆ /5 – Une auteur à la plume perçante. 

☆ . ☆ . ☆

Infos maison d’édition

Auteur : Elsa Marpeau
Editeur : Gallimard
Genre : Roman noir
Parution : Août 2021
Nombre de pages : 192 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s