☆ Chronique « La reine des neiges – Les contes interdits » de Simon Rousseau ☆

Résumé :

Fuyez. Elle arrive, elle est tout près. 

Elle n’épargnera personne. Les arbres tombent, la terre gèle, l’air est infect. Courez si vous ne voulez pas finir six pieds sous la neige. 

Une adaptation déroutante du fameux conte d’Andersen. Le meurtre immonde d’un prêtre dans un pensionnat autochtone, au début des années 1970. L’inconcevable suicide du grand-père d’une journaliste prête à tout pour faire éclater la vérité. Un chamane amérindien banni de sa communauté, reclus au coeur d’une forêt mystique. Une entité ancienne née du froid et de la famine, prête à rétablir son pouvoir sur son royaume de glace. 

Une effroyable légende, oubliée de tous?

« Rien ne peut s’opposer à son joug. L’entité est une véritable reine dans cette nature sauvage et stérile, dominée par le froid et la désolation. »

☆ . ☆ . ☆

Mon avis :

Halloween arrivant à grands pas, j’avais très envie de lire un roman horrifique et cela faisait quelque temps que les contes interdits me tentaient bien, des classiques pour enfants réédités pour les adultes. 

Alors quand mon chemin a croisé ce livre – « La reine des neiges », film vu et revu par ma fille et mon fils – je n’ai pas hésité une seconde ! 

Ni une, ni deux, je l’ai attaqué avec une énorme excitation mêlée de curiosité. Malheureusement, tout ceci est retombé bien vite. Pouin Pouin Pouin Pouin-ouin-ouin-ouin…

Déjà, commençons par le style et l’écriture. Rien à dire du côté de l’auteur, Simon Rousseau est un bon conteur d’horreur. Mais peut-on m’expliquer pourquoi la maison d’édition a choisi de ne pas traduire les expressions québécoises ??? 

« Hostie ! » 

« Tabernacle ! » 

« Tu me torches ben raide ! » (WTF ?!)

Durant la majeure partie du roman, Céline Dion s’est invitée dans ma tête pour me faire la lecture. L’enfer ! Je vous cache pas que ce fut très compliqué pour moi de rentrer dans l’histoire dans ces conditions.

Ensuite, le contenu. C’est tout de même un peu léger. Bien que le style soit bon, tout avance très vite, parfois trop vite. On sent que ce roman est là uniquement pour faire son job : terrorisé (et mon Dieu, il le fait bien !). Mais voilà, ça manque de profondeur et de nuances, et on a du mal à s’attacher à un personnage en particulier, certains partant aussi vite qu’ils sont arrivés.    

Enfin pour terminer, mon ressenti. Comme je le disais juste avant, le but premier de ce livre est respecté. J’ai été totalement horrifiée, voire dégoûtée par moment. Je vous assure que la journée qui a suivi la fin de ce roman a été terrible pour moi. Le moindre bruit me figeait sur place.

Alors finalement, est-ce que j’ai pris du plaisir avec cette lecture ? Non, pas réellement. Ok les sensations ont été au rendez-vous, mais l’horreur pour l’horreur, ce n’est pas mon truc. Je suis ressortie traumatisée par le personnage d’Elsa et c’est tout. Parfois, je ressens encore le dégoût et la peur que j’ai eu lors de certains passages sans raison particulière. Moi qui étais tentée par « Peter Pan » du même auteur, je crois que je vais faire l’impasse. Très peu pour moi.

Néanmoins, je tiens à souligner que les dernières lignes du livre m’ont surprise. Agréablement surprise ? Ce n’est pas le terme approprié, mais l’intention est là. Une fin qui donne à réfléchir.

Ma note : ☆☆ /5 – Que ce soit en film ou en livre, l’horreur ce n’est pas pour moi !

☆ . ☆ . ☆

Infos maison d’édition

Auteur : Simon Rousseau
Editeur : ADA Editions
Genre : Roman horreur
Parution : Février 2019
Nombre de pages : 184 pages

☆ . ☆ . ☆

Recette des popcorns ensanglantés :

Ingrédients :

  • 100 gr de maïs à popcorn
  • 2 c.à.s. d’huile neutre
  • 80 gr de sucre en poudre
  • 25 gr de beurre demi-sel
  • Quelques gouttes de colorant rouge

Les étapes de la préparation :

  • Dans une casserole, mettez le maïs avec l’huile.
  • Couvrez et faites cuire.
  • Lorsque le maïs est éclaté, enlevez du feu et mettre les popcorns dans un saladier. Réservez.
  • Dans la même casserole (à présent vide), faites fondre le beurre et ajoutez le sucre.
  • Lorsque le caramel commence à devenir roux, ajoutez le colorant et remuez.
  • Hors du feu, ajouter les popcorns et mélangez rapidement afin d’enrober vos popcorns de caramel rouge.
  • Laissez refroidir les popcorns, espacés, sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Une fois bien froid, ils sont prêts à être dégustés !

Joyeux Halloween à vous ! 🎃

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s